Poèmes de Nichita Stănescu

12 poèmes de Nichita Stănescu

Nichita Stănescu

Nichita Stănescu
Né le 31 mar 1933. Décédé le 13 dec 1983, à 50 ans.
Pays d'origine: România

La leçon sur le cube

On prend une pierre
on la taille avec un ciseau de sang,
on la polit avec l'oeil de Homère
on la racle avec des rayons
jusqu'à ce que le cube devienne parfait.
On embrasse ensuite plusieurs fois le cube
avec sa bouche, avec la bouche...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur enseignement, du sang, voix, des ordinateurs

La leçon de vol

Tout d'abord tu serres tes épaules
ensuite tu t'élèves sur la pointe des pieds
tu fermes les yeux
et te bouches les oreilles.
Tu te dis à toi-même:
maintenant, je vais voler.
Après quoi, tu dis:
je vole et c'est juste cela le vol....

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur combat, des ordinateurs, vol, les actes, les insultes, yeux, enseignement, naissance, temps, bien

La proclamation du nom

Tout d'abord tu serres tes épaules
ensuite tu t'élèves sur la pointe des pieds
tu fermes les yeux
et te bouches les oreilles.
Tu te dis à toi-même:
maintenant, je vais voler.
Après quoi, tu dis:
je vole et c'est juste cela le vol....

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur combat, des ordinateurs, les actes, les insultes, nom, yeux, naissance, vol, temps, bien

Le rir' pleur'

Paupière aux dents, aux larmes souillées
sel tombé dans les mets à venir
que je ne vive pour cet instant seul
en témoignent tous mes souvenirs...

Que je ne puisse rien voir sans témoins
mon enfance en est preuve, ma vie d'adolescent...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur choses, enfance, larmes, les actes, les insultes, rien, moment, des ordinateurs, vie

Le cheval de Troie

Je suds pour moi-même un cheval troyen
Ma propre épaule conquiert ma propre épaule
mon oeil pille mon propre oeil
Les battements de mon coeur
ne peuvent être entendus
à cause des palpitations de mon coeur
ma voix qui crie aux cieux...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur naissance, voix, amour, joie, les actes, les insultes, des ordinateurs, vie

Sommeil

Je n'arrive plus à dorrnir avec toi
tant de malheureuse veille
tant d'insomnie, mon lit, mon voisin,
me chante à l'oreille

Quelle chanson?
Nausée de pierre enceinte
de soleil dans le ventre aux rayons qui y creusent,
de pensée...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu

Le triomphe

Mon père pleurait aux larmes salées
sur la roue du chariot.
Les chevaux, en nombre de quatre
qui tiraient le quadrige
moururent d'insolation et à cause d'autres étoiles
À pied, mes enfants, je vous dis
d'aller à pied!
La route est...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur enfants, nombres, larmes, étoiles, les actes, les insultes, des ordinateurs

La poésie

est l'oeil qui pleure
Elle est l'épaule qui pleure,
l'oeil de l'épaule qui pleure.
Elle est la main qui pleure
l'oeil de la main qui pleure.
Elle est la plante du pied qui pleure
l'oeil du talon qui pleure.
Ô, vous, amis...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur poésie, les actes, les insultes

Chanson

Tout devrait être sphères
mais ce ne fut pas, hélas, ce ne fut pas comme ça.
Tout devrait être lignes
mais ce ne fut pas, ah, ce ne fut pas cela.

Tu devrais être un cercle mince
mais tu n'es pas, tu n'es pas comme ça.
Moi je devrais...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur choses, des ordinateurs

Les nonmots

Il m'a tendu une feuille telle une main à doigts
Moi je lui ai tendu une main telle une feuille à dents
Il m'a tendu une branche comme un bras
Telle une branche j'ai étiré le bras
Lui c'est penché vers moi avec le tronc
tel un lourd...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur du sang, corps, homme, les actes, les insultes

Évocation

Elle était belle comme l'ombre d'une idée.
Ses épaules sentaient la peau fraîche d une enfant;
à une pierre elle semblait - vite brisée,
au cri elle paraissait - une langue morte.
Elle n'avait pas de poids comme le halètement.
Souriante...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur ombre, langue, pensée, enfants, terre, larmes, vieux, les actes, les insultes, idée

La conception de l'oeuf

Je dense habillé de ma peau
et de la peau d'un serpent loqueteux
je cisèle avec mon cri
et ma dense ondoyante
et avec ma respiration de tout un autre air
cet invisible espace en blanc vert jaune
Ah, je passe la buée de mon visage
sur...

Nichita StănescuPoèmes de Nichita Stănescu sur lumière, visage, air, passé, maîtrise de soi, des ordinateurs